TOUT SUR IHAB

Initiative Hôpital Ami des bébés

Le programme Ami des Bébés est destiné aux professionnels de santé des services maternités et néonatalogie - publics et privés.
C’est un projet de service qui favorise un accompagnement optimal des parents à la naissance et pendant le séjour dans le service. Classiquement les soins sont organisés en fonction de la gestion du travail des soignants. Dans un service Ami des Bébés les rythmes et les besoins de l’enfant et sa famille sont pris en compte et deviennent prioritaires. Grâce au respect des pratiques recommandées, ce programme est bénéfique :

• pour l’ensemble des nouveau-nés : il facilite l’adaptation à la vie extra utérine (température, métabolisme et comportement), encourage la proximité mère-enfant - favorisant  ainsi “la rencontre” avec la mère.

• pour les parents : il crée un environnement propice à la constitution des premiers liens et favorable à l’autonomie des parents.

• pour les professionnels de santé : il valorise le rôle des soignants en tant qu’accompagnant. Ce projet de service reposant sur une formation commune génère une qualité des échanges, une dynamique d’évolution et renforce un esprit d’équipe.

Le label “Hôpital Ami des Bébés” vient certifier des pratiques de qualité mises en place par les équipes soignantes. Les parents sont soutenus dans la compréhension du comportement de leur enfant. Ils acquièrent progressivement une autonomie et une confiance en eux. Le soignant toujours présent accompagne, tout en garantissant la sécurité médicale.

IHAB Améliore l’accompagnement des parents avant,
pendant et après la naissance de leur enfant

Le programme Ami des Bébés est basé sur :
• La formation du personnel
• L’organisation des soins
• Le soutien parental
Le programme est constitué d’une série de recommandations qui s’inscrivent dans une éthique de santé publique. Il repose sur 3 trois grands principes fondamentaux auxquels se rajoute le respect d’un Code international soucieux de protéger l’allaitement maternel et d’encadrer la commercialisation des préparations pour nourrissons.

LES RECOMMANDATIONS
Les premières recommandations (1-3) constituent les fondations du programme :
• L’engagement du service dans la démarche est affiché, visible par tout le monde,
• La formation de tous les professionnels de santé, est la pierre angulaire du programme
• L’information des futurs parents, notamment sur les bienfaits et la pratique de l’allaitement maternel leur permet de faire un choix éclairé concernant l’alimentation de leur enfant.

Les autres recommandations (4-9) décrivent les règles de bonnes pratiques recommandées après la naissance :
• Le contact « peau à peau » : aussitôt après la naissance il sera proposé à la mère de garder son nouveau-né en contact « peau contre peau » durant un temps prolongé -de reporter à plus tard les soins de toilette ou des gestes médicaux non urgents.
• La proximité mère et bébé : il sera conseillé à la mère de garder son enfant 24h/24 avec elle.
• Les mères qui allaitent seront accompagnées pour permettre le bon démarrage de l’allaitement pendant le séjour à la maternité.


• Les mères qui n’allaitent pas bénéficieront de la même attention et d’une information individualisée répondant à toutes les questions relatives à l’utilisation des substituts de lait maternel.
La 10ème recommandation a pour objectif d’assurer la continuité du soutien lors du retour à la maison. Elle incite le service à travailler en réseau avec d’autres professionnels de santé (sages-femmes libérales, PMI, etc.) ainsi qu’avec des associations de soutien à l’allaitement ou à la parentalité. Le service en informe les parents et met toutes ces ressources à leur disposition.
Un nouveau critère a été ajouté à la liste des recommandations. Il concerne l’accompagnement des mères pendant le travail de l’accouchement. Il est déjà mis en place en France et dans de nombreux pays.

Les établissements doivent aussi respecter  le Code de Commercialisation des substituts de lait maternel, élaboré par l’Organisation Mondiale de la Santé. L’OMS insiste sur le respect de ce code.
ce code vise à
• protéger l’allaitement maternel
• encadrer la commercialisation des substituts du lait maternel
• en assurer une utilisation correcte quand ils sont nécessaires ou bien souhaités par les parents
En marge des pressions de l’industrie alimentaire infantile et dans l’intérêt des usagers, ce code s’attache à protéger les professionnels de santé des conflits d’intérêts.

DANS UN SERVICE AMI DES BÉBÉS

Dans un service ami des bébés, priorité au contact peau à peau et à la proximité mère enfant. Le personnel soignant reste attentif aux besoins de chacun. Tout est mis en œuvre pour favoriser la rencontre du bébé avec sa famille, et permettre aux parents de prendre confiance en eux pour acquérir progressivement une autonomie...

Dans un service ami des bébés les émotions trouvent leur place dans ces premiers instants de vie.

Jaëlle et sa maman, Mahé et ses parents: PREMIERE RENCONTRE. Merci à eux de nous faire partager ces moments!

Merci également au CH d'Arcachon, en particulier à Marie-Claude Rougier, sage-femme cadre, de nous avoir ouvert les portes de la maternité, labellisée en 2007 et 2011.


LES TROIS PRINCIPES DE LA DÉMARCHE IHAB

1. Une attitude de l’ensemble de l’équipe centrée sur les besoins individuels de la mère et du nouveau-né

• Se centrer sur la mère elle-même et sa situation individuelle, avec douceur, compréhension et respect : un service « ami des bébés » encourage la prise de décision éclairée, respecte les valeurs et les projets de chaque mère, accepte et soutient sa décision, prend en compte ses besoins spécifiques et fournit des services individualisés et flexibles.
• Se centrer sur les besoins du nouveau-né : un service « ami des bébés » comprend le comportement du nouveau-né, respecte son sommeil, tient compte de sa disponibilité avant et pendant tout soin (établir le contact avec lui et le garder, s’arrêter si le nouveau-né pleure ou se met en retrait…) et amène les parents à faire de même.

2. Un environnement et un accompagnement en adéquation avec la philosophie des soins centrés sur la famille

Les valeurs fondamentales des soins centrés sur la famille sont la dignité et le respect de la personne, le partage de l’information, la participation et la collaboration.
• Un service « ami des bébés » fournit aux parents un environnement soutenant qui leur permet de prendre totalement leur place de parents dès la naissance de leur enfant : possibilité pour les parents d'assumer et de participer à tous les soins de leur bébé, accueil des pères jour et nuit, les professionnels assurant une écoute et un soutien individualisés

3. Un travail en équipe et en réseau pour assurer la continuité des soins
• Un service « ami des bébés » travaille dans la cohérence entre équipes du même établissement, et en réseau, en pré, péri et post natal. Cela comprend la collaboration entre les professionnels à chaque étape et avec les groupes de soutien de mères et de parents.

Ces trois principes fondamentaux résument l’état d’esprit de la démarche IHAB et guident les équipes soignantes ainsi que les familles vers un partenariat réussi.

LES CRITERES IHAB

Une équipe IHAB est à l’écoute des futurs parents et les informe en détail des avantages de l'allaitement maternel et de sa pratique. Elle accompagne et soutient tous les parents au moment de la naissance et lors du séjour en maternité (ou néonatalogie), qu’ils aient choisi ou non l’allaitement maternel. La proximité mère-enfant est particulièrement favorisée.

En France, le Label IHAB est décerné à une équipe qui :
- met en œuvre les douze recommandations de l’OMS, dans l’esprit des trois principes : http://amis-des-bebes.fr/tout-sur-ihab.php
- a mis en place un système de recueil des statistiques sur l'alimentation des nouveau-nés
- analyse l’évolution de ses statistiques, de ses taux de compléments et d’arrêt d'allaitement maternel pour orienter sa politique et adapter ses actions dans le service
- a mis en place  un travail en réseau avec des liens et actions en dehors de l'établissement, afin d'assurer de façon optimale l'information prénatale et le suivi post-natal.

Initialement en France la démarche s’appliquait uniquement aux maternités, donc aux enfants nés à terme en bonne santé. Depuis 2009 elle s’étend aux services « Pôle Femme-Mère-Enfant » et s’adresse ainsi à tous les nouveau nés (y compris les nouveau nés prématurés et/ou malades) et leur parents en service de maternité et de néonatalogie (et chirurgie néonatale).

La démarche concerne les enfants nés dans l'établissement ou admis aussitôt après la naissance. Elle ne concerne pas, pour l'instant, les enfants hospitalisés en néonatalogie ou en pédiatrie venant de leur domicile.

Dans un établissement avec une maternité de type II ou III, il y a deux possibilités :

  • le label est délivré uniquement à la maternité : ce sera une « Maternité Amie des Bébés »
  • le label est délivré à l'ensemble des équipes qui s'occupent de nouveau-nés : ce sera alors un « Hôpital Ami des Bébés ». Dans ce cas, les équipes de maternité, de néonatalogie, de réanimation néonatale et de chirurgie néonatale sont impliquées dans la démarche et sont évaluées. Le label en France n’exige pas de taux minimal d’allaitement maternel exclusif. Les taux d'allaitement sont comparés aux statistiques départementales en tenant compte des spécificités locales.

Au delà des chiffres, il est essentiel que les équipes se mobilisent pour un accompagnement centré sur la mère et son bébé, répondant au mieux à leurs besoins.

NB : Le label « Ami des Bébés » international nécessite d’enregistrer un taux d'allaitement maternel exclusif (AME) de la naissance à la sortie de maternité d’au moins 75%. Le taux d’AME international ne prend en compte que les nouveau-nés ≥ 37 SA ; il inclut les taux de compléments sur indication médicale, ainsi que les contre-indications médicales à l’allaitement.

Les documents internationaux de l’IHAB, écrits en 1992, ont été réactualisés en 2006 en prenant en compte les dernières données scientifiques ainsi que l’expérience acquise au niveau mondial.
La démarche IHAB pour les Pôles Mère-Enfant a été adaptée en septembre 2009.

Ihab

INITIATIVE HÔPITAL AMI DES BÉBÉS (IHAB)
LES 12 RECOMMANDATIONS
Les critères relatifs aux nouveau-nés prématurés et/ou malades sont applicables aux services de maternité et de néonatalogie. L’icône ¶ ne concerne que la néonatalogie. Juin 2016

1. Adopter une politique d'accueil et d’accompagnement des nouveau-nés et de leur famille, formulée par écrit et systématiquement portée à la connaissance de tous les personnels soignants.

2. Donner à tous les personnels soignants les compétences nécessaires pour mettre en œuvre cette politique.

3. Informer toutes les femmes enceintes des avantages de l'allaitement au sein et de sa pratique, qu'elles soient suivies ou non dans l'établissement.

Informer les femmes enceintes hospitalisées à risque d’accouchement prématuré ou de naissance d’un enfant malade des bénéfices de l’allaitement et de la conduite de la lactation et de l’allaitement.

4. Placer le nouveau-né en peau à peau avec sa mère immédiatement à la naissance pendant au moins une heure et encourager la mère à reconnaître quand son bébé est prêt à téter, en proposant de l’aide si besoin.

Pour le nouveau-né né avant 37 SA, il s’agit de maintenir une proximité maximale entre la mère et le nouveau-né, quand leur état médical le permet.

5. Indiquer aux mères qui allaitent comment pratiquer l'allaitement au sein et comment mettre en route et entretenir la lactation, même si elles se trouvent séparées de leur nouveau-né ou s’il ne peut pas téter.

Donner aux mères qui n’allaitent pas des informations adaptées sur l’alimentation de leur nouveau-né

6. Privilégier l’allaitement maternel exclusif en ne donnant aux nouveau-nés allaités aucun aliment ni aucune boisson autre que le lait maternel, sauf indication médicale.

¶ Privilégier le lait de la mère, donné cru chaque fois que possible, et privilégier le lait de lactarium si un complément est nécessaire.

7. Laisser le nouveau-né avec sa mère 24 heures sur 24. Favoriser la proximité de la mère et du bébé, privilégier le contact peau à peau et le considérer comme un soin.

8. Encourager l'alimentation « à la demande » de l'enfant.

¶ Observer le comportement de l'enfant prématuré et/ou malade pour déterminer sa capacité à téter. Proposer des stratégies permettant de progresser vers l’alimentation autonome.

9. Pour les bébés allaités, réserver l'usage des biberons et des sucettes aux situations particulières.

10. Identifier les associations de soutien à l'allaitement maternel et autres soutiens adaptés et leur adresser les mères dès leur sortie de l'établissement. Travailler en réseau.

11. Protéger les familles des pressions commerciales en respectant le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel.

12. Pendant le travail et l’accouchement, adopter des pratiques susceptibles de favoriser le lien mère-enfant et un bon démarrage de l’allaitement.

L’ÉVALUATION IHAB

Lorsque les services estiment respecter toutes les recommandations demandées, l'établissement demande une évaluation des pratiques auprès de l’IHAB France.
Des évaluateurs désignés par l’IHAB France visitent alors l’établissement et rédigent un rapport qui sera présenté au comité d’attribution.

LES ÉVALUATEURS
IHAB France recrute et compose des équipes de 4 évaluateurs dont un évaluateur en cours de formation. Parmi eux, le responsable d'évaluation est chargé de la coordination : planification de la visite en lien avec IHAB France, recueil des documents écrits, organisation sur place et rédaction du rapport.
L'évaluateur est un expert reconnu dans le domaine de la périnatalité et de l'allaitement du fait de sa formation et de son expérience. Il a suivi une formation spécifique sur l'IHAB et la conduite de l'évaluation.
L'évaluateur est tenu au respect de la confidentialité des informations dont il a connaissance à l'occasion de sa mission. Il s'engage à déclarer les liens éventuels d'intérêts pouvant interférer avec sa mission.

PRÉPARATION DE L'ÉVALUATION
DES PRATIQUES

Confidentialité : L’IHAB France ne communique pas le nom de l’établissement avant l'évaluation et la réunion du comité d’attribution.
Des documents écrits sont étudiés au préalable : la politique et la charte, le programme de formation du personnel en rapport avec la démarche IHAB et l’organisation de la Pratique Clinique Supervisée, les informations transmises à toutes les femmes enceintes, que ce soit par oral ou par écrit.
Le recueil des statistiques est indispensable et doit comprendre les données portant sur les années antérieures.

D’autres documents sont nécessaires pour l’évaluation : la liste du personnel, les formations reçues par chaque catégorie de professionnels etc.
Des outils sont proposés par l’IHAB France pour faciliter la démarche et la collecte des données comme par exemple :
Liste des Formations en rapport direct avec la démarche IHAB,
Récapitulatif formation par catégorie professionnelle
Relevé des heures de formation du personnel

DÉROULEMENT DE L'ÉVALUATION
Les évaluateurs rencontreront en début d'évaluation :
• le directeur de l’établissement (brièvement),
• le directeur des Soins et le directeur Qualité,

Le processus d'évaluation comporte 4 volets :
• Des entretiens avec des femmes enceintes et des mères.
• Des entretiens avec le personnel soignant de toutes catégories, et le personnel non soignant.
• Des périodes d'observation dans les services, de jour et de nuit.
• L'examen des documents écrits.

Les entretiens avec les mères et les membres du personnel, ainsi que l'observation, respectent la dignité et l'intégrité des personnes. Le consentement et le caractère confidentiel des déclarations sont préservés.

En fin d’évaluation, les évaluateurs transmettront leurs observations aux équipes évaluées lors d'une réunion de synthèse (comité de pilotage, cadres et personnel).
Eventuellement, des actions correctrices peuvent être mises en œuvre rapidement, et leur résultat sera communiqué au responsable de l'évaluation avant la réunion du Comité d'attribution.

IHAB France pratique une logique participative afin de couvrir le frais des évaluations (déplacement, hébergement et indemnisation des évaluateurs, remises des labels etc).

LES ÉTAPES VERS LE LABEL

1. AUTOÉVALUATION
Le service juge lui-même ses pratiques en remplissant le questionnaire d'autoévaluation, afin de savoir où l'équipe se situe par rapport aux conditions du Label.

2. PROJET DE SERVICE
Élaboration et mise en œuvre d'un plan d'action concernant les changements nécessaires pour répondre aux critères. C’est l’étape la plus longue qui va nécessiter la formation du personnel, la mise à jour des procédures et la vérification du chemin parcouru en renouvelant l’autoévaluation.

3. DÉCLARATION DE MISE EN ROUTE VERS LE LABEL
Par cette déclaration, l'établissement formalise son engagement vers le label. Elle peut être remplie et envoyée à IHAB France, quel que soit l'état d'avancement du projet. Elle permet ainsi de connaître les établissements engagés dans la démarche et de favoriser les échanges et les partages d'expériences entre les équipes, grâce au Forum du site. Celles-ci sont informées en priorité des formations spécifiques sur l'IHAB, organisées par IHAB France et bénéficient d’entretiens téléphoniques avec un référent. La Déclaration de Mise en Route s'accompagne du versement d'une adhésion à IHAB France

4. ÉVALUATION EXTÉRIEURE
Lorsque les pratiques sont en accord avec les critères, l'établissement s’adresse à l’IHAB France afin que des experts viennent vérifier les pratiques et rédiger un rapport d’évaluation. L'évaluation fait l'objet d'une convention après envoi d'une estimation de la participation financière de l'établissement aux frais d'évaluation.

5. ATTRIBUTION DU LABEL OU DU
CERTIFICAT D'ENGAGEMENT

Après examen du rapport d'évaluation, un comité -représentants des sociétés savantes, des collèges de professionnels et des associations d’usagers- (voir le Comité d'Attribution) attribue le label « Ami des bébés » ou un Certificat d'engagement, si des points importants restent à améliorer.

6. SUIVI ET RÉÉVALUATION
Le label est attribué pour une durée de 4 ans. A ce terme, l'établissement doit demander une réévaluation pour conserver son statut.
Dans l’intervalle, IHAB-France organise tous les ans un suivi des principaux indicateurs.

HISTORIQUE DE L'IHAB EN FRANCE

1992
Lancement de l’IHAB au niveau international, en France Mme Gisèle Laviolle, Dr Claire Laurent et Dr Marie-Claude Marchand font partie des premières personnes à s’intéresser à l’IHAB.

2000
Il n’y a pas de structure pour coordonner l’IHAB en France. Deux équipes, les maternités du CH Lons le Saunier (Jura) et de la Clinique St Jean à Roubaix (Nord) mettent en place les recommandations internationales et souhaitent une vérification de leurs pratiques.
A la même période, des associations de soutien de l’allaitement et des professionnels de santé créent une Coordination Française pour l’Allaitement Maternel (CoFAM) afin de rassembler les différents acteurs pour promouvoir l’allaitement en France et faciliter l’organisation de la SMAM (Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel) sous l’impulsion de Dr André Marchalot et Mme Nathalie Roques.

En mars 2000 de nombreux professionnels de santé dont des Professeurs de Pédiatrie, lors de la 4ème Journée Internationale de l’Allaitement, souhaitent que cette Initiative voie le jour en France. En mai 2000, un groupe de travail IHAB constitué au sein de la CoFAM, organise la première attribution du label en France. Grâce à l’aide des représentants des Coordinations IHAB d’Espagne et du Royaume Uni, la maternité de Lons-le-Saunier a pu être évaluée et recevoir le Label. Ce premier Comité d’Attribution du label est présidé par Mr le Pr Pierre Lequien, dont le rôle a été prépondérant dans le développement de l’IHAB en France.

2002
La clinique Saint Jean de Roubaix est évaluée pour la première fois par des évaluateurs français.

2003
Dr Marc Pilliot est élu président de la CoFAM. Il devient un véritable ambassadeur en France de l’état d’esprit « Ami des Bébés », et parvient à sensibiliser un grand nombre de professionnels de santé, ainsi que des médias. l’IHAB se développe en France grâce à l’investissement des memebres du groupe IHAB de la CoFAM :  Mme Béatrice Chauvière, Dr Gisèle Gremmo-Feger, Dr Claire Laurent, Mme Gisèle Laviolle, Mme Kristina Löfgren, Dr Marie-Claude Marchand et Dr Marc Pilliot.
Depuis, plusieurs maternités ont reçu le Label, dont certaines en association avec leur service de néonatalogie (Pôle Mère-Enfant). Une fois par an le Comité d’Attribution décerne le Label aux établissements demandeurs qui satisfont aux critères requis.

2007
Un  suivi annuel  est institué pour aider les maternités à maintenir leur niveau de qualité.
En novembre 2007, le groupe IHAB de la CoFAM organise une 1ère Journée nationale sur l’IHAB en France, permettant ainsi de sensibiliser et d’informer plus de 400 professionnels de santé.

2008 à 2010
Le groupe IHAB est de plus de plus sollicité par des services demandeurs. Il devient nécessaire de créer une structure professionnelle, indépendante de la CoFAM.

2011
L’association « IHAB France » est créée pour se concentrer uniquement sur le programme Ami des Bébés. Les membres fondateurs  de l’association sont Pr Francis Puech, Pr Jacques Schmitz, Pr Dominique Turck, Dr Gisèle Gremmo-Feger, Dr Claire Laurent, Dr Marie-Claude Marchand, Dr Marc Pilliot, Mme Béatrice Chauvière et Mme Gisèle Laviolle, ils ont tous contribué bénévolement au développement de l’IHAB depuis ses débuts en France, et continuent de faire évoluer toutes les procédures.

Entre 2000 et 2016
30 établissements ont été labellisés dont un CHRU (Jeanne de Flandres à Lille).

Le Comité Français de l'UNICEF soutient officiellement l'IHAB depuis 2007.
La Haute Autorité de Santé (HAS) cite le Label IHAB dans les objectifs du chemin clinique sur l’allaitement (Favoriser l’allaitement maternel : Processus et Évaluation, Juin 2006). L’IHAB peut s'intégrer dans la structuration de la démarche de qualité nécessaire lors de la préparation à la certification V2010 de la HAS ; elle entre aussi dans le cadre des Évaluations de Pratiques Professionnelles (EPP).
Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) 2011-2015 souligne l’utilité d’aider les maternités à former leur personnel pour mieux accompagner les parents dans le démarrage de l’allaitement maternel.
Les Réseaux Périnatalité Santé (RPS) travaillent en collaboration avec IHAB France et soutiennent la mise en place de l’IHAB.

L'INTERNATIONAL

IHAB AU NIVEAU INTERNATIONAL,
SON ÉVOLUTION EN QUELQUES DATES

En 1981 l’adoption du Code international de commercialisation des substituts du lait maternel par l’Assemblée Mondiale de la Santé (AMS) avait pour but « de protéger et encourager l’allaitement au sein et d’assurer une utilisation correcte des substituts du lait maternel quand ceux-ci sont nécessaires … ». Les résolutions des AMS ultérieures ont clarifié et précisé les articles du Code.

En 1989, une Déclaration conjointe de l’OMS et de l’UNICEF (Protection, encouragement et soutien de l’allaitement maternel, le rôle spécial des services liés à la maternité) a proposé les « Dix Conditions pour le succès de l’allaitement maternel ». Cette déclaration cible la période des soins périnataux qui sont assurés dans les services de maternités, période déterminante pour le succès de l'allaitement maternel. Elle a servi de base à l'élaboration des procédures de labellisation de l'IHAB.

En 1990, la Déclaration d’Innocenti a été élaborée et adoptée par les participants à la réunion OMS/UNICEF sur « L’allaitement maternel dans les années 90 : une initiative mondiale ». Elle demande aux Etats :
• de désigner un coordinateur national,
• de créer un comité national pour la promotion de l’allaitement maternel,
• de faire en sorte que les maternités respectent les Dix conditions de 1989,
• de prendre des mesures pour mettre en œuvre le Code de 1981,
• de promulguer des lois protégeant le droit d’allaiter pour les femmes qui travaillent.

En 1991, l’OMS, l’UNICEF et l’Association Internationale de Pédiatrie ont lancé le concept « Hôpital Ami des Bébés » lors d’une réunion internationale sur l’allaitement au sein à Ankara, pour donner suite à la déclaration d’Innocenti.

En 1992, les textes proposant des outils (autoévaluation, contenu de formation, règles mondiales…) et précisant les modalités de l’évaluation extérieure des hôpitaux ont été établi après consultation d’experts internationaux. L’Initiative pour des Hôpitaux Amis des Bébés (IHAB) propose un label « Hôpital Ami des Bébés » aux équipes qui respectent les Dix conditions et qui appliquent le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel (OMS 1981) et les Résolutions ultérieures de l’AMS.
Depuis lors, tous les deux ans, l’Assemblée Mondiale de la Santé invite tous les pays membres à mettre en œuvre l’IHAB.

En 2003, la Stratégie Mondiale pour l’Alimentation du Nourrisson et du Jeune Enfant a rappelé l’importance de la mise en place de l’IHAB partout dans le monde (et des autres stratégies OMS/UNICEF) et a établi des lignes directrices pour une alimentation adéquate du nourrisson et du jeune enfant : « allaitement exclusif pendant six mois, alimentation complémentaire adapté et introduite en temps voulu avec poursuite de l’allaitement maternel pendant 2 ans ou plus ».

En 2006, les documents de 1992 ont été révisés en prenant en compte les dernières données scientifiques et l’expérience acquise au niveau mondial. Après utilisation dans plusieurs pays la version définitive est parue en 2009 [http://www.who.int/nutrition/publications/infantfeeding/bfhi_trainingcourse/en/].
Les évolutions principales portent sur :
• la reformulation de la condition 4, [Placer le bébé en peau à peau avec sa mère immédiatement à la naissance pendant au moins 1h, et encourager la mère à reconnaître quand son bébé est prêt à téter, en proposant de l’aide si besoin]
• la durée de la formation des soignants passe de 18h à 20h afin d’aborder la notion de changement en équipe, l’écoute et la communication,


• l’importance d’aider et d’accompagner les mères qui n’allaitent pas. En particulier, dans les pays concernés, un soutien et une information sur des pratiques d’alimentation appropriée doivent être apportées aux mères HIV+, afin de réduire la transmission verticale.
• le souhait d’élargir le concept « ami des bébés » à d’autres structures (néonatalogie, PMI, cabinet médicaux, pharmacie…) dans une perspective de continuité des soins.

IHAB DANS LES PAYS INDUSTRIALISÉS
Dans les pays industrialisés l’IHAB a débuté de façon très lente. Les coordinateurs des pays industrialisés se sont retrouvés face à des obstacles qui paraissaient particuliers pour ces pays- là : réticence ou opposition de la part des autorités de santé, difficulté d’obtenir des fonds, incompréhension et manque de soutien ou d’acceptation quant à l’utilité de l’IHAB auprès des gouvernements, du système de santé et des parents. Compte tenu de la similitude des obstacles, des réunions des coordinateurs IHAB des pays industrialisés ont été organisées depuis 1997. Les coordinateurs travaillent en réseau, en lien étroit avec l’OMS, et se rencontrent tous les 2 ans dans un pays différent.

La dernière réunion a eu lieu au siège de l’OMS à Genève, en octobre 2016. L’OMS et l’UNICEF international avait organisé un congrès mondial pour célébrer les 25 ans de l’IHAB, réunissant l’ensemble des pays. Plus de 130 pays étaient représentés, Kristina Löfgren et Caroline François étaient les représentantes pour la France. Voici le rapport officiel de ce congrès.

Chaque séminaire est l’occasion de faire un état des lieux de la mise en place de l’IHAB dans les pays participants:

IHAB EN EUROPE
Dans chaque pays, un comité national IHAB coordonne l’évaluation et l’attribution du label, en respectant les procédures mises en place par l’OMS et l’UNICEF. Ce comité peut être nommé par le Ministre de la Santé, faire partie du Comité National UNICEF ou bien être indépendant.

La Suède et la Norvège ont été les premiers à adopter l'IHAB en Europe.Les pays scandinaves de par leurs pratiques optimales restent précurseurs surtout en ce qui concerne les prématurés.  

Il y a des grandes disparités concernant l’implantation de l’IHAB dans les pays d’Europe, selon l’implication ou non des Ministères de la Santé ou de l’Unicef. Certaines coordinations IHAB bénéficient d’une structure professionnelle, d’autres coordinations sont entièrement basée sur du bénévolat.

 

SITES IHAB
France www.amis-des-bebes.fr
Unicef www.unicef.org/bfhi
Royaume Uni www.babyfriendly.org.uk
Canada www.breastfeedingcanada.ca
USA www.babyfriendlyusa.org
Pays Bas www.zvb.borstvoeding.nl
Irlande www.babyfriendly.ie
Belgique www.health.belgium.be/eportal/...

With our acknowledgments to the BFHI network, especially to Julie Stufkens, Trish MacEnroe (USA) Elise Chapin (Italy) and Maïté Hernandez Aguilar, (Spain)

Source: Country reports BFHI Industrialized countries network : Oslo 2012, Vilnius 2014, Geneva 2016

POURCENTAGE DES SERVICES IHAB COMPARÉ AU NOMBRE DE MATERNITÉS, VOICI L’IMPLANTATION EN 2008 (en jaune), 2012 (en blanc), 2015 (en bleu). DANS 33 PAYS PARTICIPANTS AU RÉSEAU IHAB DES PAYS INDUSTRIALISÉS :